Marathon de Font d'Urle 2019

Cette édition du marathon de font d’Urle a pu se dérouler dans d’excellentes conditions et sur une seule boucle, contrairement à l’année précédente où le parcours consistait en deux boucles identiques et sur une neige peu glissante ...

 

Cette fois, la couche de neige était suffisante même si sur le bas du parcours aux altitudes proches de 1100m, des épines de sapin se mêlaient à celle-ci. Aux températures fortement négatives de la semaine avait succédé un temps relativement doux, avec des éclaircies qui ont fait de cette course une partie de plaisir … au moins pour ceux qui apprécient le dénivelé !Car au total, il fallait compter un peu moins de 800 mètres de dénivelé positif, avec de grandes descentes lesquelles étaient nonpiégeuses.

Laissons-nous bercer par les noms évocateurs des lieux-dits et passages successifs du parcours : plaine d’Herbounouse, grange de Vauneyre, le petit pré, col de la Mure, pelouse du lièvre blanc (km 10), Pot de la Casserole, Pré Bellet, baraque de Crobache, col de la Baume, la croix de Bournillon, Draille des moutons, col de Carri (km 20), la grande Echarsolle, la grosse Sapine, pot de la Muette (km 30), fontaine de la Lauze, pelouse de Bournette, Jujuffrey, et enfin Chaud-Clapier où étaient jugés le départ et l’arrivée.

Font dUrle 1

Avec 61 personnes au départ, c’est sûr que sur un tel parcours on se sent rapidement seul si on a loupé un bon wagon ; on profite alors du profil et des paysages comme cette partie « roulante », au troisième quart du parcours, dans la forêt de Lente … laquelle, pour certains, était plutôt rapide. Mais mieux valait garder des forces pour la dernière partie : 150m de D+ d’un coup entre le Pot de la Muette et la pelouse de la Bournette avant toutes les bosses finales sur une neige qui ne glissait plus pour certains.

Au final, 1h44 pour le vainqueur Robin Duvillard qui récidive sur cette épreuve, et un temps de 2h08 pour notre Pierre-Yves lequel était au cœur de la bagarre : 21è certes, mais il n’est qu’à 5 minutes de la 12 è place. Henri, lui, constate à l’arrivée qu’il est intercalé entre les deux premières en M2 et M3 ... sans pour autant avoir eu le plaisir de skier avec elles. Quant à la première en M7, elle truste à elle toute seule le podium de sa catégorie : bravo à notre courageuse Régine !

35 personnes avaient choisi la boucle du 21 km. Le parcours traversaitles pelouses d'altituded'Herbounouze et Bournette pour terminer sur la célèbre violette de font d'Urle et le serre de Jujuffrey. Seuls (mais quand même !..) 4 coureurs ont terminé en moins d’une heure, et un seul en plus de 2 heures … classé juste derrière sa collègue Marylène du club.

Terminons en insistant sur l’excellente et conviviale organisation de cette course. Sur ce parcours « sauvage », aucun problème de balisage (paraît-il qu‘il y en a eu la semaine suivante sur les 25 km de la Foulée Blanche ?), des bénévoles aux points stratégiques qui encouragent ou réconfortent, le plaisir sur ce type de course d’avoir un vrai dossard qui n’est pas en papier, une « dotation » sympathique pour tous les concurrents du marathon : bonnet + buff + verre à l’effigie du marathon.

Seule réserve : le repas course était pris, contre ticket, dans un des restaurants de la station ; avec le monde qui était sur place ce jour-là (la station est commune au ski alpin), il a fallu pour certains faire la queue à l’heure de pointe.

Tous les résultats du club ici

 

 

 

Copyright